Comment discerner l’introversion de l’extraversion ?

Les notions d’introversion et d’extraversion – introduites par Carl Jung dès 1920 – semblent exposées à de multiples clichés, d’un côté comme de l’autre. Alors parmi toutes ces idées reçues, comment faire preuve de discernement dans la distinction entre introversion et extraversion ? En réalité, l’intérêt de ma question consiste avant tout à distinguer une personne introvertie d’une personne extravertie.

Mais peut-être, me diriez-vous, pourquoi se poser la question ?

S’il n’y avait pas un intérêt en termes de relation interpersonnelle, voire si cela nous exposait à un « étiquetage », de toute évidence, je ne rédigerai pas cet article. Cependant je suis convaincu que cette approche peut nous aider à développer nos relations au quotidien 🙂

Pourquoi se poser la question ?

Je comprends qu’il puisse y avoir de l’appréhension à cette question. Mais bien entendu, il n’est pas tant question de dire « il/elle est introverti(e) et il/elle est extraverti(e), je ne le percevrait plus que par ça ». J’espère au contraire que vous ne vous ferez pas une idée fixe et rigide des autres. Ce n’est pas l’intérêt. Non, à vrai dire, le but de cet article est plutôt d’estimer si une personne penche plutôt vers l’introversion ou l’extraversion afin de mieux la comprendre. Sans pour autant en faire une étiquette.

Comme nous le verrons plus bas, les notions d’introversion/extraversion régissent, selon moi, ce qu’il y a de plus fondamental en chacun de nous.

À savoir la manière dont on se ressource. Autrement dit, cette notion donne une idée des préférences de la personne en termes d’activités et d’interaction sociale. Mais de toute évidence, il ne s’agit aucunement d’étiqueter qui que ce soit ! En fait, la notion d’étiquetage ou de case n’a pas lieu d’être, puisque, les notions psychologiques dont nous parlons sont tout sauf des étiquettes.

Il ne s’agit pas « d’étiqueter »

Avant toute chose, il est important de comprendre que l’introversion et l’extraversion sont des notions complexes. En ce sens et par définition, ce ne sont pas des étiquettes. Si ce point est encore ambigu pour vous, je pense que vous connaissez mal ces notions et qu’il vaut mieux les approfondir avant d’envisager la suite de cet article.

De toute évidence, j’en parle en toute conscience de la complexité impliquée. Par exemple, n’oublions pas qu’il existe de nombreuses personnalités introverties, et c’est aussi vrai pour l’extraversion. En fait, introversion et extraversion régissent des tendances comportementales et cognitives. Cependant, si on saisit correctement ces notions, alors elles peuvent contribuer à développer des relations harmonieuses 🙂

Mieux comprendre les autres pour des relations harmonieuses

L’intérêt est donc là : mieux comprendre les autres et entre autres, mieux vivre avec les autres 🙂

Pourquoi telle personne préfère rester chez elle plutôt que de participer à la soirée ? Est-ce que cela signifie que il/elle nous méprise ou qu’il ne nous aime pas ? Pourquoi tel autre parle autant ? Est-ce que cela signifie qu’il est égocentrique et souhaite simplement d’être regardé par tous ?

L’idée est aussi là : ne pas se méprendre sur une personne. Ne pas la juger à tort, à défaut de bien la comprendre. Ainsi, une meilleure connaissance sur nos ami(e)s, nos collègues, nos connaissances, nos rencontres… d’après le degré d’introversion et d’extraversion, nous permettra de ne pas nous tromper sur leur comportement et attitude.

La démarche à suivre : faire preuve de discernement dans la distinction entre introverti(e) et extraverti(e)

Se défaire des stéréotypes

Très vite, après avoir développé un vif intérêt pour la théorie jungienne, je me suis demandé : mon ami qui est drôle et festif est-il extraverti ? Ma collègue qui est discrète, voire impassible, est-elle introvertie ?

Au vu de l’amélioration de vie que ma découverte de ma nature introvertie m’a apporté, j’ai de suite pensé qu’il serait intéressant de découvrir celle des autres. Cependant, je suis tombé dans le panneau à plusieurs reprises. Car le piège, quand on n’appréhende pas encore bien ces notions, c’est de se laisser berner par tout un tas de stéréotypes, clichés, préjugés en tout genre !

Donc, pour commencer, oubliez l’idée qu’une personne discrète est nécessairement introverti(e). Oubliez l’idée qu’un ami plutôt festif est impérativement extraverti.

Je crains que ce soit manquer de discernement et que tout cela soit manifestement cliché ! À vrai dire, par observation et par expérience, depuis 4 ans maintenant que je me passionne pour le sujet, je pense pouvoir affirmer que toutes ces idées sont VRAIMENT stéréotypées. Je suis d’accord que certaines tendances s’avèrent souvent vraies. Les introverti(e)s, par exemple, tendent à être plus réservés et discrets que nos ami(e)s extraverti(e)s. Mais on parle bien de tendance. Prudence !

En somme, ces idées reçues, ou du moins ces tendances, ne sont pas les éléments clés d’après lesquels notre estimation doit s’établir. Ce ne sont pas des valeurs sûres, mais des idées exposées à l’erreur.

Une question d’énergie

Enfin nous y voici ! Toute la lucidité et le discernement auxquels nous aspirons reposent ainsi sur un aspect fondamental des notions concernées. L’énergie.

En fait, si on veut appréhender correctement les notions d’introversion et d’extraversion, il faut les saisir en termes d’énergie. Car par définition, c’est ainsi qu’elles sont fondées, si je puis dire. Pour clarifier les choses, voyons les définitions respectives de ces deux termes :

D’après Julien Prest, « une personne introvertie se ressource dans le calme et la solitude ». Par opposition, une personne extravertie se ressource dans l’interaction sociale.

Selon moi, c’est une approche sûre et fiable pour aborder ces notions. Même les définitions du CNRTL ne me paraissent pas mieux les décrire. Ainsi, une personne introvertie a davantage besoin de calme et de moments où être seule.

Néanmoins, ne vous méprenez pas 😉 Cela ne veut pas dire qu’une personne introvertie répugne à côtoyer des gens, ou qu’une personne extravertie se meurent dès lors qu’elle se retrouve seule – loin de là ! Encore une fois, il s’agit bien de tendances. Après tout, personne n’est 100% introverti(e) ni même 100% extraverti(e).

Moi, par exemple, en tant que grand introverti de nature, j’apprécie beaucoup de retrouver le calme de ma chambre, suite à une longue journée de formation ou de travail. J’en ai besoin. C’est fondamental. Le bruit (et il y en a beaucoup), les conversations… sollicitent mon énergie. De l’énergie que je récupère dans ma chambre. En me consacrant à des activités solitaires (comme par exemple écrire cet article :p)

Dépasser la « première impression »

Pour conclure,il s’agit de faire preuve de lucidité et discernement. Et la lucidité, c’est voir au delà de la première impression. Sans quoi on tombe dans le jugement. Pour tout vous dire, je suis le premier à témoigner de bien des erreurs ! Je vous en partage quelques unes ici 😉

La comptable qui porte un masque

Le premier des problèmes, c’est de se fonder sur une impression. Par exemple, au boulot, j’ai une collègue qui est très discrète. Il a été difficile d’établir le contact à mon arrivée dans la structure. Je la trouvais même un peu froide… « Elle est sans doute introvertie », que j’ai pensé bêtement. Grosse erreur !

J’ai vite compris ma bêtise lorsque, à l’occasion d’un cours de management ou nous nous sommes prêté à plusieurs exercices dont le test des 16 personnalités, il s’est avéré qu’elle était clairement extravertie ! J’ai été très surpris sur le moment. C’est plus tard que j’ai compris que je m’étais fait une idée d’après ce que je voyais d’elle dans le peu de temps ou je la côtoyais. Puis en fait, en l’entendant parler de ce qu’elle faisait en dehors du boulot, j’ai vite compris ma maladresse. Car elle a besoin de voir beaucoup de gens. Le soir, le week-end, c’est une personne plutôt festive qui entretient beaucoup de relations. Elle en a besoin. C’est fondamental.

En fait, il y a aussi cette tendance au « masque » qui intervient. Nous sommes nombreux à jouer des rôles qui ne sont pas les nôtres, à porter des masques pour mieux se prêter à des normes… Ma collègue comptable, par exemple, se fait plus introvertie parce que c’est sa façon de donner une bonne image d’elle en tant que professionnelle – dans le sens très sérieuse.

Le meilleur ami qui semblait festif

Autre exemple des mes erreurs… Vous allez rire ! Cette fois-ci, cela concerne mon meilleur ami. Plus de 15 ans d’amitié. J’ai toujours été convaincu qu’il était clairement extraverti. Et en ce sens je me suis toujours interrogé sur le fait qu’on puisse entretenir une telle amitié malgré nos différents, d’ailleurs. Mais on en a parlé il y a quelques mois, et j’ai compris qu’il était introverti. En fait, il l’a appris à travers son psy…

Mais alors comment ai-je pu me planter sur 15 ans d’amitié ?

C’est la même chose : j’avais une idée de lui d’après l’impression qu’il me renvoyait, mais en réalité on avait peu d’occasion de se voir et j’ignorais complètement à quoi il se consacrait sur son temps libre. Je pensais qu’il passait son temps à faire la fête…

En réalité, il passe beaucoup de temps seul dans sa chambre, à lire ou à regarder des séries. C’est vrai, il a participé a beaucoup de soirée, mais dans 80% des cas, il se retrouvait assis un peu en retrait sur un canapé, car pas très enjoué…

J’espère que cet article vous aura été utile !

En somme, vous remarquez que mes (grossières) erreurs ont été de deux ordres : d’une part une estimation d’après des idées préconçues. Du genre il paraît festif donc il est extraverti… Et d’autre part, un fondement sur de simples impressions. Car en réalité j’ignorais comment les personnes concernées se ressourçait, autrement dit ce qu’elle faisait de leur temps libre.

À présent que je saisis l’introversion et l’extraversion en termes d’énergie, j’ai néanmoins beaucoup gagné en discernement. Et en termes de relation interpersonnelle, je ne peux que témoigner de nombreux bénéfices ! Car mieux connaître les autres, c’est mieux les respecter tels qu’ils sont, mieux mesurer ses relations, fonder des relations plus fiables… Bref, je suis convaincu de l’intérêt pour nous et les autres 🙂

Et vous, quelle en est votre expérience ? Partagez vos erreurs et vos réussites, exposez moi votre point de vue s’il est différent 🙂

Archives

Catégories

Articles récents

Ma gallerie Instagram

Par |2019-01-17T22:32:03+01:00janvier 17th, 2019|Extraversion, Introversion|4 Commentaires

Au sujet de l'auteur

Je suis Nicolas, un introverti hypersensible en perpétuelle quête de soi et de son bonheur.🌱 J’ai amplement progressé suite à la découverte de ma nature introvertie, puis de mon hypersensibilité ; après de nombreuses années en amont à surmonter un manque de confiance en soi et à m'interroger sur ma "différence". Mais depuis 4 ans maintenant que je me passionne pour le connaissance de soi et des autres, depuis 2 ans que je pratique la méditation de la pleine conscience et me ressource en montagne, je n'ai jamais été aussi épanoui ! C’est pourquoi je vous partage ici mes aventures dans une optique de développement personnel, inspirée de ma pratique de la pleine conscience et de mon lien étroit à la montagne, afin de tirer le meilleur de nous même :)

4 Commentaires

  1. Angelique CORMENE 21 janvier 2019 at 1 h 01 min - Reply

    Merci Nicolas, d’arriver à si bien décrire ces situations, sentiments et perceptions. Rien n’est plus difficile en société, que d’appréhender les gens tels qu’ils sont, plutôt que comme on les perçoit.. D’où l’intérêt d’affiner l’analyse.. d’observer, d’aller vers les gens tout simplement, même si cela n’est pas toujours évident, surtout pour les introvertis hypersensibles, qui perçoivent tellement de choses, avec plus de finesse ou d’intensité..

  2. Aventurier Introverti 21 janvier 2019 at 10 h 50 min - Reply

    Bonjour Angélique,
    Merci de ton message 🙂
    Effectivement cela représente une difficulté qu’il n’est vraiment pas évident de surmonter. Mais je crois que notre hypersensibilité nous y aide. Dans le sens ou, justement, nous percevons beaucoup de choses comme tu dis ; lesquelles nous procurent davantage d’informations sur la personne concernée. J’en conviens néanmoins que ce n’est pas évident non plus de cerner ce que l’on pense comprendre/percevoir de la personne, ou de faire le tri parmi tout ce que l’on ressent…Après tout ce ne sont toujours que des perceptions. Le mieux encore est d’aborder les gens tu as raison, mais là aussi je te rejoins sur le fait que c’est pas toujours facile. Ceci dit les hypersensibles tendent à avoir une très bonne intuition et qu’importe le temps que cela nous prend, du moment que l’on ne fait pas dans le jugement 😉

  3. lily 20 février 2019 at 2 h 43 min - Reply

    t’as bien écrit la différence entre introvertis et extravertis! pour ta collègue, moi je me suis demandée plus si elle était timide et j’avais raison ^^ en fait nous introvertis on nous confond avec des personnes timides, même si on est réservé à tendance discrète pour une majorité et qu’on préfère les temps calmes et seules, ça ne veut pas dire que tous les introvertis sont timides ça c’est un préjugé qu’ont les gens aussi, même si c’est vrai il y a des introvertis qui sont timides et il y a des extravertis qui sont aussi timides mais ça on l’oublie! Déjà il faut commencer par ne pas mélanger timidité et introversion pour différencier les 2 car malheureusement beaucoup trop de gens pensent que c’est la même chose alors que non ce sont 2 choses différentes! Sinon j’ai un ami qui était timide, je l’avais rencontré lors d’un concert comme ça et plus timide que moi encore à l’époque alors qu’à l’écrit, il m’écrivait des pavés comme moi mais à l’oral il était timide comme moi à l’époque mais encore plus que moi et j’ai vu son évolution, il s’est mis à ne plus être timide, à voir d’autres gens, à plus parler et même à organiser des rencontres avec beaucoup de gens chose que je n’ai jamais fait, il était allé encore plus loin que moi xd! Mais j’arrive pas à savoir justement s’il était un timide extraverti ou s’il était un timide introverti, en plus que c’est vrai que j’ai aussi le stéréotype de l’extraverti bavard extravagant etc mais mon ami n’est pas comme ça, c’est un homme calme et sensible et très grand poète aussi et moi qui adore écrire, lui c’est plus un poète critique gastronomique et moi je suis plus une écrivaine de fiction et une critique de films, séries et livres mais pas du tout gastronomique! On a des passions communes et des points communs on se ressemble assez mais c’est vrai qu’il cache bien des choses comme moi haha et j’ai découvert sur facebook qu’on a un point commun: les rêves lucides et on s’intéresse assez aux mêmes choses à peu près sauf que lui est plus gourmand et gastronome et cuisinier moi j’aime pas cuisiner, j’aime bien manger mais pas hyper gourmande non plus! Du coup j’hésite s’il est ENFP ou ESFP ou INFJ etc en plus dur de cerner la personnalité d’un homme car il y a en plus le sexisme qui entre en jeu et même si mon ami est un homme sensible, j’espère qu’il ne va pas trop rejeter ça car c’est aussi sa force! Aimant écrire j’ai aussi tenté d’écrire 2 poèmes que j’aime dont les paroles me sont venus comme ça mais mon ami est beaucoup plus doué que moi pour écrire les poèmes, ses poèmes sont super!
    J’ai remarqué qu’aucun de mes proches famille et amis n’était du genre très logique et rationnel heureusement xd moi qui aime les débats je ne peux pas aller loin avec eux même si j’ai rien contre eux xd! Du coup même si je n’arrive pas encore à typer mes amies, je sais que la majorité de mes amies sont plus extravertis enfin dans ce qu’ils me renvoient après oui je peux me tromper mais je suis sûre qu’ils ne sont pas très logique rationnel ça sûr dans mes amies!

  4. […] Comment discerner l’introversion de l’extraversion ? […]

Laisser un commentaire

Résoudre : *
15 + 23 =