Il y a un peu plus d’un an que j’ai publié mon article « Comment je me sais introverti ? ». À l’époque j’en savais encore peu concernant mon hypersensibilité. Mais j’en apprends beaucoup plus à travers ma lecture de « Hypersensibles, mieux se comprendre pour s’accepter » par Elaine N. Aron.

Bien évidemment, comme pour toute notion psychologique, nous ne pouvons nous reconnaître entièrement dans une liste non exhaustive et en l’occurrence personnelle. En effet, il n’est pas indispensable de présenter toutes les caractéristiques possibles qui découlent d’un trait psychologique. Je précise cela parce que les premières fois, on s’imagine toujours qu’il faut plus ou moins correspondre à une liste…

Bref, voici quelques caractéristiques clés, d’après le livre d’Elaine N. Aron, qui me laissent convaincu que je suis hypersensible :

« Nous sommes plus habiles que les autres à percevoir les erreurs »

Pour commencer, il y a effectivement mon habilité à percevoir les problèmes. Étant très observateur de nature, intuitif et empathique, j’ai une certaine facilité à discerner les signes extérieurs, à identifier les humeurs et à décrypter la communication non-verbale.

J’en parle un peu dans mon précédent article « Les introvertis sont mauvais en communication. FAUX ! ». Depuis mon plus jeune âge et c’est d’autant plus vrai avec le vécu, j’aime les sujets à problèmes. Notamment sur le plan relationnel. Car j’ai cette faculté naturelle à soulever les erreurs, à localiser les sources de problèmes et en conséquence à les relever aux personnes concernées.

Pour cette raison, certains amis me sollicitent parfois afin d’apporter un regard extérieur sur un conflit relationnel. Durant mon adolescence, j’ai également beaucoup apprécié de jouer des rôles de modérateur sur des jeux en ligne. J’aimais beaucoup cela, parce que je parvenais à apaiser les confrontations et à réconcilier les joueurs avec une certaine habilité 😉

« Nous sommes extrêmement consciencieux »

Je ne suis par certain de bien cerner le terme, mais je le comprends comme suit : je m’applique avec minutie dans mes tâches et, surtout, j’aime avoir conscience de toutes les conséquences possibles, de tous les choix envisageables…

Oui, c’est comme une quête d’une profonde conscience des conséquences de nos actes et pensées. Si bien qu’une prise de décision peut-être TRÈS longue et insupportable quand je n’arrive pas à faire un choix, parce que je suis trop soucieux de faire le bon choix. Autre point qui semble caractériser les hypersensibles.

« Nous sommes capables de nous concentrer profondément »

J’ai envie de dire, cela est certainement davantage en lien avec ma profonde introversion, mais la frontière est tellement vague entre introversion et hypersensibilité… Le fait que l’on se ressource davantage dans notre monde intérieur n’explique t-il pas une faculté à se concentrer profondément ? Peut-être que non et que j’ai tort de faire ce rapprochement. Je ne sais pas, mais si vous avez un avis à ce sujet, cela m’intéresse !

Quoi qu’il en soit, il s’avère effectivement que je peux atteindre une telle concentration que je ne perçois ou n’entend plus rien de ce qui se passe autour de moi. Cependant, ma concentration est de ce fait facilement perturbable. Il n’y a que dans ma chambre que je puis atteindre une concentration aussi profonde. Mais pour me comparer à autrui, il s’avère clairement que ce n’est pas donné à tout le monde.

« Nous réfléchissons souvent à notre propre capacité de réflexion »

Souvent ? Tout le temps, tu veux dire ! 😉

Oui, c’est une préoccupation presque quotidienne. J’en ressens parfois de la frustration, dans le sens où je ne suis pas satisfait de ma capacité de réflexion. Voire même c’est une telle remise en question que j’en finis ébranlé… 😮

Je crois que cet aspect de l’hypersensibilité est intimement lié à notre esprit plutôt créatif, ou du moins porté vers l’imagination. Alors l’image de l’artiste ou du philosophe qui doute constamment me parle beaucoup. J’y suis souvent confronté et je crois que celles et ceux qui exercent ces professions témoignent bien souvent d’une nature hypersensible.

« Nous sommes profondément touchés par l’humeur et les émotions d’autrui »

Je pense que c’est étroitement lié à mon empathie. Et une forte empathie est probablement l’un des principaux indices qui laissent penser que l’on est hypersensible. Mon empathie est telle que je n’imprègne en un rien de temps des émotions des autres. Cela est moins vrai avec l’âge, parce que j’apprends à être plus distant afin que ce ne soit pas subit.

Je me souviens, par exemple, que plus jeune j’avais ressenti une profonde tristesse pour mon beau-frère qui venait de perdre son père. Pourtant je le connaissais encore peu. Mais il y avait beaucoup d’émotion dans son visage, et je m’en suis imprégné comme une éponge. Il a fallu que je me retire dans ma chambre.

« Nous sommes des lève-tôt »

Ce n’est plus vrai aujourd’hui, mais je le relève parce que c’était clairement le cas dans mon enfance. Au collège, notamment, j’étais l’un des rares enfants à se lever à 7H du matin un week-end, là où la plupart des autres se consacraient volontiers à une grasse matinée. Personnellement, je ne voyais pas l’intérêt et ne ressentais pas le besoin de dormir davantage. En fait, je me levai naturellement à cette heure-ci et je me sentais en pleine forme – tout comme mon frère. Peut-être est-ce effectivement lié à mon hypersensibilité ?

« Nous utilisons surtout l’hémisphère droit de notre cerveau (moins linéaire, plus créatif, capable de synthèse)

Si j’en crois mon résultat au test des 16 personnalités (INFJ-A), il semblerait, en effet, que je sollicite bien davantage mon imagination et mon intuition.

C’est vrai, ne serait-ce qu’en termes de mémoire. Je suis très visuel. Je fonctionne beaucoup sur les couleurs et les images. Et les couleurs suscitent en moi beaucoup d’émotion, ou du moins me provoquent de fortes impressions. C’est d’ailleurs l’une des premières choses qui font selon moi mon hypersensibilité.

En fait, on m’a toujours dit que j’avais beaucoup d’imagination. Les idées et pensées en tout genre foisonnent à bonbon dans mon cerveau quant il est question de sujets qui m’intéressent ! Étant petit j’aimais beaucoup imaginer des histoires et inventer tout un tas de choses, fabriquer des maisons en papier, concevoir des jeux…

Et vous, êtes-vous hypersensible ? Est-ce que vous partager certaines de mes caractéristiques et sinon, quelles sont les vôtres ?

J’attends vos retours avec impatience ! 🙂

Archives

Catégories

Articles récents

Ma gallerie Instagram