On m’a récemment demandé en commentaire quelle était la différence entre l’Introversion et l’Hypersensibilité. En effet, il semblerait que certaines caractéristiques portent à confusion. Par exemple, Elaine N.Aron souligne que les hypersensibles tendent à beaucoup observer le monde qui les entoure et à être plus réfléchi, notamment du fait d’une pensée en arborescence. Ce qui peut faire penser à l’introversion, puisqu’on dit aussi des introverti·e·s qu’ils se montrent plus réfléchi·e·s et observateurs·trices, ou à l’écoute. En réalité, Introversion et Hypersensibilité sont deux choses très différentes !

1 – L’Introversion d’après Carl Jung

Carl Jung définit l’introversion et l’extraversion comme étant une ORIENTATION DE L’ÉNERGIE. Ainsi une personne introvertie se ressource davantage dans le calme et la solitude, tandis qu’une personne extravertie fait son plein d’énergie dans l’interaction avec le autres, et dans des environnements plutôt bruyants.  Voir mon article « Introveri·e : la définition psychologique en 3 points ».

2 – L’Hypersensibilité d’après Elaine N.Aron et Saverio Tomasella

Être hypersensible – ou individu « hautement sensible » pour reprendre les mots précisément employés par Elaine Aron – c’est percevoir des degrés de stimulation qui échappent aux autres. En d’autres termes, c’est témoigner d’une sensibilité extrême sur au moins un des cinq sens : l’ouïe, l’odorat, le goût, le toucher et la vue. Par ailleurs Saverio Tomasella nous rappelle qu’on retrouve également chez la plupart des hypersensibles certaines caractéristiques communes : émotivité, empathie, intuition et créativité. Voir mon article : « Hypersensible : la définition psychologique en 7 points ».

3 – Introversion et Hypersensibilité : une différence fondamentale

Introversion et Hypersensibilité sont donc deux traits de personnalité très différents. L’une définit une orientation de l’énergie, l’autre une sensibilité élevée.

Concrètement, un·e hypersensible introverti·e aura une manière de se ressourcer différente d’un·e hypersensible extraverti·e.

Aussi, tous les introverti·e·s ne sont pas hypersensibles, cependant que 70% des hypersensibles seraient introverti·e·s. Ce chiffre important explique peut-être pourquoi on a tendance à les confondre ; car sans doute certain·e·s se retrouvent dans les deux traits de personnalités et pour cette raison, ne savent pas comment les dissocier.

4 – Quelques exemples de différences

  • Un·e introverti·e n’est pas nécessairement empathique, ni même intuitif·ve. Un·e introverti·e peut même s’avérer incapable de se mettre à la place de l’autre, au même titre qu’un·e extraverti·e non hypersensible.
  • La pensée en arborescence est caractéristique d’une personne hypersensible, voire surdouée. Rien à voir avec l’introversion.
  • L’introverti·e tend à être plus réfléchi·e, procède à un traitement plus méticuleux (plus long) de l’information. L’hypersensible est plus réfléchi davantage par le fait d’une pensée en arborescence et d’une réflexion profonde sur des éléments passés ou à venir. En fait, il serait plus juste à mon sens de dire qu’une personne hypersensible est consciencieuse
  • L’introverti·e est davantage tourné·e vers son monde intérieur. Or un·e introverti·e hypersensible s’avère très observateur·trice et ouvert·e au monde extrérieur de part ses sens aigus.

Archives

Catégories

Articles récents

Ma gallerie Instagram