Les introvertis sont mauvais en communication… FAUX !

Vous avez peut-être vue la vidéo « Être introverti » de COLAS BIM ? C’est assurément une superbe vidéo : très amusante, très ludique… je me suis plié de rire à plusieurs reprises haha. Néanmoins… je trouve cliché d’affirmer que les introvertis sont mauvais en communication :/. J’ai vraiment regretté de l’entendre dès les premières minutes – bien que sa vidéo soit superbe et que je ne peux qu’encourager à ce genre de créations ! En fait, je suis convaincu que c’est une idée préconçue. Laquelle découle probablement de notre culture de la personnalité telle que Susain Cain nous l’explique.

En somme : pourquoi est-il faux d’affirmer que les introverti(e)s sont mauvais en communication ? Les introverti(e)s sont-ils nécessairement moins compétent(e)s que les autres ? Quelles sont nos qualités en termes de communication à titre d’introverti(e) ?

Bien entendu, l’idée n’est pas de dire lequel de l’extraverti(e) ou de l’introverti(e) est le meilleur(e) en communication… Et encore moins de me prétendre que j’excelle en communication. Je pense que ce serait manquer de discernement. Selon moi il faut davantage y percevoir une complémentarité. Car il apparaît clairement que l’un et l’autre ont des prédispositions qui leurs sont propres.

Aussi, bien comprendre en quoi notre perception relève d’une idée préconçue nous aidera à développer un regard plus lucide sur nous même et de révéler nos forces.

La communication, c’est quoi ?

Avant toute chose, il est bon de faire le point sur certains clichés concernant la communication elle même et les fonctions associées.

Car je ne sais pas si je l’ai déjà révélé sur mon blog, mais je vais vous apprendre quelque chose qui va peut-être vous surprendre : je suis un grand introverti de nature (bon, ça, c’est pas nouveau 😉 ) et malgré tout… je suis chargé de communication !depuis 2 ans !

Ça surprend un peu, pas vrai ? Pourtant ce n’est pas impossible, comme le démontre mon expérience personnelle.

Des clichés…

Pour commencer, il faut se défaire de cette image du chargé de communication qui passe son temps au téléphone, qui tapote l’épaule de la première personne qu’il rencontre ou encore qui se plaît à brailler dans un porte-voix… haha xD

En fait, on tend à confondre ce métier avec celui de secrétaire, de vendeur ou d’hôtesse d’accueil… Cela n’a strictement rien à voir (à l’exception de la commercialisation qui est fortement ancrée dans la communication).

Un sens très large

Ensuite, la communication, dit comme ça, c’est très vague ! La communication est un domaine – si je puis dire – qui englobe des tas de branches. Un peu comme la photographie. Dans le sens où il y a des photographes de portrait, de rue, de chien, de mode etc…

Il en va de même pour la communication : de la communication visuelle, en passant par la communication digitale ou audiovisuelle, les ramifications sont diverses et variées.

Bon, je sais que, en l’occurrence, on parle implicitement de communication interpersonnelle. « Les introverti(e)s on a du mal à exprimer ce qu’ils ressentent« , « les introverti(e)s ne sont pas très spontané(e)s » : tout cela relève davantage de la communication interpersonnelle. Mais c’est important de le préciser, de rappeler que la communication ne se définit pas uniquement par cela.

Un métier très vaste

En conséquence, le métier de chargé de communication, du moins dans une petite structure, implique des missions très diverses. À vrai dire, je fais de tout : communication visuelle (supports de communication, webdesign, identité visuelle…), digitale (community management…), audiovisuelle (vidéos promotionnelles…)… et j’en passe.

Alors finalement, le contact humain est peu impliqué. L’esprit conquérant encore moins, car il va à l’encontre même des valeurs de mon entreprise.

Ainsi la communication peut-être un métier très… intellectuel, si je puis dire. Encore une fois, c’est un mot au sens large.

introverti communication

Pas besoin de crier ! Parfois, un message posé et bien formulé est encore ce qu’il y a de plus efficace.

Les introvertis sont mauvais en communication : Une idée préconçue…

Sans parler du fait que l’on peut difficilement faire plus grossier en termes de jugement, il est certain qu’on ne peut pas affirmer que TOUS les introverti(e)s sont mauvais en communication…

Nos personnalités sont diverses et variées. Il en va de même pour notre éducation, notre culture, nos origines, notre parcours de vie…

De toute évidence, le fait que l’on soit introverti(e) et donc que l’on se ressource davantage dans le calme et la solitude n’est pas incompatible avec la communication. Au vu de ce que la communication englobe, tout dépend du métier dont il est question : entre autres de la structure dans lequel il s’exerce, des publics cibles, du secteur impliqué…

Une idée calquée sur l’idéal extraverti

Sans doute, je suppose, on s’imagine qu’être bon en communication, cela signifie « savoir parler« . Beaucoup parler…Une chose que l’on attribue plutôt à nos confrères et consœurs extraverti(e)s.

En fait, l’idée qu’on se fait d’un bon communicant joue davantage en faveur d’une personne extravertie : un esprit conquérant, un très bon contact humain, plutôt tactile, bavard, audacieux, très avenant néanmoins toutes ses qualités ne relèvent pas tant de la communication et en omettent des principes fondamentaux !

À vrai dire, cette description la plus courante d’un « bon communicant » coïncident étrangement avec celle de l' »idéal extraverti ». Ce qui s’apparente davantage aux qualités d’un commercial, et pas nécessairement d’un communicant, soit dit en passant. Même si je suis d’accord que la commercialisation est en rapport étroit avec la communication. Quoi qu’il en soit il n’y a pas deux mots pour dire la même chose. Ainsi il y a bel et bien une différence fondamentale.

Une confusion entre « Bien communiquer » et « beaucoup parler ».

Pour commencer, il y a des tas de personnes qui parlent beaucoup et pour autant… elles n’excellent pas dans l’art de la communication. Loin de là ! Elles ont même tendance à être très maladroites, parce qu’elles ne réfléchissent pas suffisamment avant de s’exprimer – si bien que certaines expériences relationnelles me laissent parfois exaspéré… 😉 Donc, être bon en communication ne signifie pas beaucoup parler, mais plutôt… bien s’exprimer. Vous voyez la nuance ?

Si on se soucie uniquement de parler et de dire ce que l’on a en tête, on s’expose au monologue. D’expérience, c’est très vite lassant et pénible. Par ailleurs, l’art de la communication relève avant tout d’une compétence à bien s’exprimer et à convaincre plus qu’à parler.

Bien s’exprimer, cela signifie parler avec concision, employer des mots clairs, construire des phrases structurées, logiques et fluides. Si notre interlocuteur ne comprend pas ce que l’on dit, la conversation s’abrégera d’elle même. Aussi, si on ne se préoccupe que de parler, on oubli d’écouter !

Un oubli des principes fondamentaux…

Tout à l’heure, je parlais de principes fondamentaux de la communication. En effet, dans cette approche de la communication, on oublie que une clé de la communication est avant tout « l’écoute active« . C’est fondamental. Il ne peut pas y avoir de communication sans écoute. Sinon, c’est un dialogue de sourd : les échanges ne se succèdent pas et la conversation ne mène nulle part.

Introverti et chargé de communication, ça matche ?

Mon expérience professionnelle : des forces réinvesties

Je suis le premier et pas le seul, à témoigner que mes qualités à titre d’introverti sont amplement réinvesties :

L’autonomie, par exemple. Être chargé(e) de communication dans une petite structure, c’est faire preuve de beaucoup d’autonomie. C’est beaucoup de travail seul, très peu finalement en équipe. Et sur ce point je trouve beaucoup de confort. Pas étonnant ! Les personnalités introverties aiment – généralement – travailler dans le calme et la solitude.

C’est aussi être force de proposition. Or, là aussi, les personnalités introverties sollicitent naturellement leur imagination. Ce qui est propice à la proposition régulière d’idées – très appréciée en entreprise !

Mais de manière générale et au delà de mon cas personnel, l’introversion dispose de bien des atouts en faveur de la communication.

Les qualités de l’introversion en faveur de la communication

Un sens de l’écoute aiguisé

Écouter, habituellement, on sait bien le faire en tant qu’introverti(e). Quoi qu’il faut distinguer l’écoute active d’une écoute passive, la première étant loin d’être innée. Cela tombe à point, puisque l’on a démontré précédemment que l’écoute est fondamentale. En fait, si on se ressource davantage dans le calme et la solitude, il paraît assez logique qu’on se consacre davantage à l’écoute.

Alors même si on ne parle pas nécessairement beaucoup, l’écoute – tant qu’elle est active – nous permet de rebondir sur ce que l’autre nous dit, et de donner des réponses pertinentes et intéressantes. D’ailleurs, en ce qui me concerne, mes amis apprécient beaucoup mon sens de l’écoute et on me sollicite parfois pour des conseils en termes de communication interpersonnelle.

Des mots bien pesés

Professionnellement parlant, on apprécie par ailleurs ma concision. Car j’ai toujours prêté une attention toute particulière aux mots que j’emploie. C’est à dire à leur précision et à leur justesse dans un contexte donné. Là aussi, il semblerait que les personnalités introverti(e)s aient tendance à être très attentives à la justesse de leurs propos. C’est une qualité très avantageuse puisqu’elle fait la clarté et la précision des informations que nous souhaitons transmettre.

Ces notions de clarté, concision et précision permettent par ailleurs de lutter contre l’interprétation, problème fréquent en communication et qui peut nuire à une relation.

Une maîtrise de la communication écrite

Oui, la communication n’est pas nécessairement orale, bien que notre culture la préfère à l’écrit. Or la communication écrite est souvent et naturellement une zone de confort pour les personnes introverties. L’écrit nous offre le temps de formuler et d’articuler clairement nos pensées. Car bien souvent, quand nous écrivons, nous sommes seuls devant notre clavier : ainsi nous avons le temps de réfléchir à notre réponse et nous ne sommes pas déconcentré par un environnement bruyant.

À titre personnelle, et pour exemple, la communication écrite est probablement l’une de mes plus grandes forces. Notamment pour ce qui est d’écrire des mails. Là aussi, dans le milieu professionnel et dès mes étude supérieures, on m’a souvent relevé une bonne maîtrise.

Bien entendu, il ne faut pas négliger l’oral en faveur de l’écrit. La plupart du temps, j’en conviens que la communication orale – ou autrement dit parler de vive voix – doit être le premier moyen employé. Un moyen bien moins exposé à l’interprétation. Néanmoins nous n’avons pas toujours la possibilité d’une rencontre physique et un mail bien rédigé peut parfois déterminer le déroulement d’une relation. Parfois aussi, la communication orale seconde un travail écrit. Un discours, par exemple, nécessite d’avoir été minutieusement rédigé au préalable.

Aussi, au vu d’un support qui exige d’autant plus de clarté que l’absence de la communication non-verbale l’expose à l’interprétation, nous pouvons nous féliciter de nos succès sur ce plan.

Une excellence dans la médiation et la diplomatie

Un dernier point et j’en viens à la conclusion, je pense qu’il s’agit de notre prédisposition à la diplomatie. C’est probablement tout particulièrement vrai pour les personnalités INFJ telles que moi. Mon animosité au conflit m’incite tout naturellement à la diplomatie, mais ce n’est pas la seule raison.

J’ai compris récemment qu’il y avait également un lien étroit à mon hypersensibilité. En effet, je comprends très vite les signes extérieurs, je perçois clairement les humeurs et mon intuition se trompe rarement. Alors depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours présenté une facilité à percevoir les problèmes de manière générale, tels que les sources de malentendus dans une conversation.

Autour de mes 12 ans, j’ai fait un très bon modérateur sur certains jeux en ligne. J’aimais beaucoup intervenir dans les prises de tête -dit comme cela j’ai l’air perché haha – car je parvenais toujours à réconcilier les gens 😉. Aujourd’hui encore, je constate combien c’est un atout sur le plan de la communication, et notamment du management.

Verdict ?

En somme, notre introversion présente bien des atouts en faveur de la communication. À commencer par l’écoute, le fait d’être très consciencieux, mais aussi pour la concision et la clarté de nos propos fléchis et par ailleurs notre maîtrise de la communication écrite.

Bien entendu, je suis d’accord sur le fait que notre difficulté à exprimer nos ressentis et/ou sentiments ne nous avantage pas – mais alors pas du tout – à ce sujet. C’est peut-être pour cette raison également qu’on tend à penser que la communication n’est pas faite pour nous. Cependant, ne nous persuadons pas pour autant d’être une plaie en communication. Nous venons de démontrer que nous disposons de bien des ressources à exploiter.

Maintenant, il faut reconnaitre également qu’une difficulté à aborder des inconnus peut aussi être un frein. En fait, tout dépend des missions du poste. Un poste en communication et animation événementielle n’exige certainement pas les mêmes appétences qu’un poste de community manager. L’un impliquant beaucoup plus de contact humain tandis que l’autre implique davantage de compétences écrites et d’analyse…

Et maintenant, sur le plan professionnel, à vous de faire le point selon le poste visé 😉
Quoi qu’il en soit il ne faut pas se décourager ou se persuader d’une incompétence parce que l’on a cette idée préconçue que nous sommes mauvais en communication.
Personnellement, si j’étais dirigeant d’une structure, je serais attentif à recruter des tempéraments extravertis tout comme des tempéraments d’introvertis. Parce que je suis convaincu qu’il y a une complémentarité à exploiter et qu’elle ferait une force de l’entreprise. D’expérience, pour avoir collaboré avec des tempéraments beaucoup plus expansif et avec un meilleur rapport relationnel que moi, mais moins rigoureux et réfléchis, j’ai constaté combien notre complémentarité était une force !

Archives

Catégories

Articles récents

Ma gallerie Instagram

Par |2019-01-23T11:38:19+01:00janvier 21st, 2019|Introversion|3 Commentaires

Au sujet de l'auteur

Je suis Nicolas, un introverti hypersensible en perpétuelle quête de soi et de son bonheur.🌱 J’ai amplement progressé suite à la découverte de ma nature introvertie, puis de mon hypersensibilité ; après de nombreuses années en amont à surmonter un manque de confiance en soi et à m'interroger sur ma "différence". Mais depuis 4 ans maintenant que je me passionne pour le connaissance de soi et des autres, depuis 2 ans que je pratique la méditation de la pleine conscience et me ressource en montagne, je n'ai jamais été aussi épanoui ! C’est pourquoi je vous partage ici mes aventures dans une optique de développement personnel, inspirée de ma pratique de la pleine conscience et de mon lien étroit à la montagne, afin de tirer le meilleur de nous même :)

3 Commentaires

  1. lily 18 février 2019 at 21 h 23 min - Reply

    Très bien dit, je suis aussi introvertie mais plus INFP et ma force c’est aussi l’écrit, j’adore écrire depuis petite ^^ et exactement on confond beaucoup parler et bien s’exprimer qui ne sont pas la même chose! Et oui la communication ne s’arrête pas qu’à l’oral, il y a aussi la communication écrite et nous on est très bon dans la communication écrite! Même si je ne suis pas hypersensible comme toi et même si j’adore débattre de façon constructif par écrit où c’est comme ça que j’ai le plus pu affirmer mes opinions mais aussi pu les remettre en question, j’aime me remettre en question mais quand on me cherche, je rentre dedans aussi puis je bloque! Du coup moi non au contraire des hypersensibles, je n’évite pas les conflits que ça soit à l’oral ou à l’écrit et je suis une personne honnête, j’adore l’honnêteté, pas grave si ça fait mal, moi ça ne m’atteint pas personnellement! Et j’aime justement que les choses soient dites franchement plutôt que l’hypocrisie que je déteste donc s’il y a conflits allons-y! Donc moi ça dépend mais je n’évite pas les conflits, j’aime débattre mais je ne suis pas hyper bonne pour régler des conflits non plus xd! Même si j’aime la psychologie humaine et que j’aime comprendre les autres, il y a des personnalités et surtout des comportements que je déteste! En plus de la communication écrite, j’aime dessiner même si j’ai délaissé par manque de temps c’est aussi un autre moyen d’expression et de communication! Et pour les conflits, j’ai déjà entendu des genres dire pour éviter les malentendus, c’est mieux à l’oral car on a le temps, gestes blabla, même si on a ça, je l’ai remarqué c’est pas ça la plus grande source de malentendu ce sont les mots choisis la plus grande source de malentendus que ça soit à l’écrit comme à l’oral et ça peut être pire à l’oral car les gens peuvent s’emporter à la moindre interprétation de phrases et de mots et quand t’as des gens butées en face de toi très difficile de régler ça! Alors que j’ai remarqué que même si on peut mal choisi ses mots à l’écrit aussi avec des malentendus, les gens s’emportent moins et quand on s’excuse et qu’on rectifie ses phrases à l’écrit on repart dans la discussion et autre chose! Et à l’écrit c’est plus facile de voir les gens fermés d’esprit, les trolls très facile à deviner et les gens qui sont ouverts d’esprits et qui ont des arguments constructifs et exemples! Et moi qui adore les débats et discussions profondes c’est beaucoup mieux à l’écrit où on doit faire l’effort de lire jusqu’au bout pour bien comprendre et on ne peut pas lui couper la parole, on peut revenir sur des points dits, revenir en arrière et argumenter de façon constructif avec aussi beaucoup d’exemples en écrivant des pavés pour détailler etc or ça c’est pas trop possible à l’oral dont les gens se coupent la parole dont c’est moins en profondeur dont les gens font moins de pavés, argumentent moins prennent moins d’exemples etc! Et comme dit pour bien communiquer il faut bien écouter or beaucoup de gens à l’oral ne prennent pas le temps d’écouter, coupent la parole pour plus se mettre en avant, chose qu’ils ne peuvent pas faire à l’écrit, ils ne peuvent pas couper la parole à l’écrit et ça c’est super! et moi qui adore écrire dont je préfère ça que parler, je trouve que justement on réfléchit plus à l’écrit en choisissant nos mots! C’est vrai qu’à l’oral je suis moins bonne surtout pour des oraux de présentation etc j’ai cette impression d’improviser, de me répéter et de m’embrouiller et puis parler me fatigue et m’épuise beaucoup plus qu’écrire! je préfère écrire que parler et je préfère chanter que parler! sinon je fais une formation actuelle de community manager dont l’écrit est important et dont je vais plus travailler seule en autonomie et c’est ce que je préfère ^^ en groupe je suis plus discrète et je sais que je ne déploie pas tout mon potentiel, pas spécialement par manque de confiance en moi, j’ai confiance en moi maintenant alors qu’avant j’étais aussi timide mais disons que l’action de travailler en groupe et de trouver des idées comme ça en groupe ça ne fonctionne pas du tout sur moi, même pour trouver des idées, je ne peux pas brutalement comme ça donner des idées comme ça sans réfléchir ça me bloque totalement! Et puis après ma formation j’ai un stage et je verrai si je suis prise en CDD etc mais si le salariat ne veut pas de moi je pense me mettre à mon compte pour des activités solo de community manager en proposant également mes services pour la correction en français, étant bonne en français, aimant ça et je pense aussi auto-publier mes écrits car j’écris aussi de la fiction dont pour certaines de mes écrits je ressens maintenant le besoin de les partager et de les publier! j’écris des histoires depuis petite, depuis mes 11 ans et même si j’ai été en L puis vers des études de langues puis maintenant vers du community manager, après être diplômé de langues étrangères, je me suis posée en réfléchissant à quel métier pourrait me convenir et que j’aimerai faire car je ne savais pas ça et la réponse m’est apparue claire dont je le sais depuis longtemps: ma vocation est d’écrire, j’adore écrire de la fiction comme non-fiction et donc community manager me convient, je ne sais pas pour chargé de communication pourquoi pas ensuite mais les métiers autour de l’écriture m’intéresse même si journaliste moins mais chroniqueuse dans des magazines etc m’intéresse aussi, dont je suis aussi blogueuse pas pro pour l’instant mais blogueuse autour de mes passions qui sont les films, les séries, les livres dont j’ai un blog sur ça et dont j’ai le projet d’ouvrir un 2ème blog! Et quand je dis que j’adore écrire, je me suis essayée un peu aussi au poème dont j’en ai écrit 2 même si c’est pas mon point fort, j’ai aussi écrit une petite chanson comme ça sur un coup de tête dont des paroles me sont venues comme ça, j’ai également écrit le scénario d’une web série que j’ai monté, réalisé, été la caméram dont j’ai tout fait avec des acteurs amateurs bénévoles! bon voilà pour mon gros pavé pour connaitre mon parcours aussi

    • Aventurier Introverti 18 février 2019 at 21 h 46 min - Reply

      Salut Lily et merci de ton retour !

      Cela me fait plaisir de constater que le sujet t’a bien inspiré 😉

      Effectivement, je n’avais pas relevé l’idée, entre autres que l’on ne peut pas-être coupé à l’oral. Je crois que tu as soulevé beaucoup de points en termes d’échange qui sont nettement favorables à l’écrit. Bien vu !

      Par ailleurs je comprends ton confort à l’écrit et je suis certain que nous sommes plus d’un à le partager 😉 Ton parcours semble se concilier à tes passions, c’est une très bonne chose !

      Encore merci de ton retour et à bientôt.

  2. lily 20 février 2019 at 1 h 55 min - Reply

    de rien ^^ en terme de communication par ex je dis j’ai compris ça plutôt ou ça et je demande est-ce que j’ai mal compris et je lui dis que c’est mal formulé sur un tweet et au lieu de m’éclaircir et de rectifier en expliquant plus clairement, la personne d’un ton sec et arrogant m’a dit « t’as qu’à relire » mais MDR je lui explique que ses propos sont pas claires justement si on comprend autre chose mais la personne n’avait pas l’air de se remettre en question et c’est un gros point à travailler des personnes qui ne se remettent pas en question c’est là tout le problème des problèmes de communication aussi!
    Sinon oui je préfère clairement l’écrit pour tout ce que j’ai dit ^^ à l’écrit on ne peut pas couper la parole, à l’écrit la personne qui débat avec une autre personne doit faire l’effort de lire et d’écouter, on peut également revenir en arrière par les commentaires et on peut également écrire des pavés et vraiment parler en profondeur ^^ moi j’écris des pavés le plus souvent avec arguments et exemples en profondeur et j’ai des amies virtuels comme moi qui peuvent également écrire des pavés en argumentant et du coup avec un ami on a déjà fait un débat constructif même si on avait pas le même avis en développant notre avis en commentaire sur juste une série haha sans qu’on ne se dispute ^^ j’ai également une autre amie virtuelle qui est pareil dont j’écris un pavé, elle me répond en pavé, je relance en pavé etc

Laisser un commentaire

Résoudre : *
18 × 16 =