Le couple idéal (re)vu par un introverti hypersensible.

6 Fév 2018 | Introversion

Le couple selon les normes sociétales, peut s’avérer peut vraisemblable pour un introverti·e et/ou hypersensible. Car notre introversion induit un grand besoin de solitude, tandis que l’hypersensibilité implique un rapport différent aux autres. Or le couple traditionnel, tel qu’il est pré-conçu par notre société extravertie, ne tient pas compte de ces différences.

Ainsi il me tenait très à cœur de te partager ma vision du couple idéal, compte tenu de mon introversion et de mon hypersensibilité.

~

SOMMAIRE

Une frontière entre vie à deux et solitude
Une rupture avec la conception « classique » du couple
Une relation à distance ?
Les fondements du couple : confiance, bienveillance, authenticité et acceptation
Une conjointe introvertie, extravertie… ou hypersensible ?

~

Une frontière entre solitude et vie à deux.

walking-1149747_1280

Être introvert, c’est fondamentalement avoir besoin de calme et de solitude pour se ressourcer. En ce sens, on ne peut concevoir une vie de couple que si elle respecte ce besoin. Bien sûr, vivre en couple ne nous contrains pas à côtoyer 24h/24 l’être aimée. C’est d’autant plus vrai si comme moi tu te connais comme étant très autonome et indépendant, tel que c’est parfois caractéristique d’une personne hypersensible.

Nous autres, introverti·e·s, si nous ne ne respectons pas notre besoin fondamental de solitude, nous ne tardons guère à nous épuiser.

Alors aussi grand puisse être notre amour, nous avons tendance à être désagréable avec autrui et à nous refermer sur nous même.

C’est pourquoi je pense qu’il est essentiel pour un·e introverti·e d’être attentif·ve à ce que son/sa conjoint·e aie conscience de son besoin de solitude. Et qu’il/elle le respecte parfaitement.

Que tu sois introverti·e, extraverti·e, hypersensible… Stéphanie Hahusseau souligne l’importance de trouver un juste équilibre entre intimité partagée et intimité personnelle. Et c’est peut-être d’autant plus vrai quand on est introverti·e.

Selon moi, le couple idéal permet à chacun des partenaires de se consacrer par moment à des activités solitaires. Comme on le ferait en étant célibataire. Dans une même pièce, ou bien chacun dans son coin – qu’importe. Un peu comme ces familles introverties qui se côtoient dans le salon, mais en étant les uns et les autres plongés dans leur bouquin ! L’important, c’est de conserver son indépendance et sa liberté.

Malgré tout, cela peut ne pas suffire.

Car si tu es très introverti·e, notamment INFJ, alors il est probable que tu ne parviennes pas à te ressourcer pleinement à partir du moment où d’autres personnes sont présentes dans le même lieu que toi.

Une rupture avec la conception classique du couple>

La société dans laquelle nous vivons nous inculque une vision du couple très encadrée par les normes et la culture qui en découlent. Ce que j’appelle conception “classique” du couple.

Je cite Sissi des brumes qui a très bien cerné ce que j’entends par là :

Pour moi, la vie commune est à la fois un héritage de la vision romantique du couple (aspiration forte à être ensemble) et de sa vision bourgeoise (fonder un foyer, mettre en commun les biens, représenter son statut social par son domicile etc), puis patriarcale (femmes en charge du foyer commun…)

J’ajouterais seulement que la culture de la personnalité telle qu’en parle Susan Cain – autrement dit, l’éloge de l’extraversion – joue également un rôle à mon sens : en effet, je trouve typiquement très extraverti de concevoir le couple avec une étroite proximité – puisqu’une personne extravertie se ressource davantage dans l’interaction. Ce serait aussi la raison pour laquelle nous avons une perception négative et erronée de la solitude. Quelque chose qui fait peur et qu’il faut fuir. Par conséquent, la solitude n’est pas considérée quand on pense au couple. Alors que c’est un point fondamental à traiter si on est introverti·e.

Une relation à distance ?

Il n’est pas inintéressant de s’interroger sur la relation à distance. Une forme d’alternance entre vie de solitaire et vie de couple.

Peut-être que la meilleure solution pour une vie à deux, compte tenu d’une grande introversion, réside dans une relation à distance. La vision romantique du couple nous incite à vivre sous le même toit, mais certains couples nous démontrent qu’il est possible de faire autrement.

Voici un témoignage que j’ai recueilli sur internet :

Amandine, 26 ans et en couple à distance depuis quatre ans a trouvé son rythme de croisière : « je me crée deux vies : une vie de « célibataire » la semaine, une vie de couple le week-end quand on se retrouve ». Pour combler momentanément l’absence physique, internet regorge de sites comme Facebook, Twitter, WhatsApp ou Snapchat. Quoi de plus simple que d’envoyer presque instantanément une photo du moment vécu pour intégrer l’autre à sa vie ?

La relation à distance à cela d’intéressant qu’elle te permet de te procurer une solitude absolue lorsque tu en as besoin. Et pour ainsi dire te ressourcer pleinement. Te sentir pleinement indépendant, libre

Par ailleurs, la distance attise le désir que l’on éprouve à l’égard de la personne aimée. Le désir qui se fonde principalement sur la distance et se satisfait par le rapprochement.

Bien sûr, la relation à distance requiert une confiance sans faille et une certaine maturité amoureuse. Sans quoi elle est source de souffrances. Peur de l’abandon, du rejet, de la trahison, manque, frustration… pour autant, les épreuves d’une relation à distance ne sont pas nécessairement des freins. Pour preuve, c’est précisément ce qui m’a fait amplement gagner en maturité amoureuse.

Les fondements du couple : confiance, bienveillance, authenticité et acceptation

easter-bunny-95096_1280

À mon sens, une vie de couple sereine et durable n’est possible qu’en partageant une confiance solide, une bienveillance à toute épreuve, une naturelle authenticité et une acceptation de soi, et de l’autre.

> Une authenticité naturelle et spontanée

On porte suffisamment de masques au quotidien pour en porter de nouveau au sein de son couple. C’est encore plus vrai pour les introverti· e· s et hypersensibles notamment de type INFJ qui font preuve d’une grande adaptabilité sociable. Mais elle est source de fatigue.

On sait qu’on se trouve avec la bonne personne lorsqu’on s’avère naturellement et spontanément authentique. C’est à dire qu’on peut se révéler pleinement à l’autre, dans toute notre vulnérabilité, sans masque.

> Ne pas avoir peur d’être jugé.

Beaucoup d’hypersensibles redoutent le jugement. L’Amour inconditionnel, qui selon moi se rapproche le plus de ce que serait l’Amour véritable, va de pair avec le non jugement.

La vie de couple doit balayer toutes craintes que l’autre émette un jugement à notre égard et qu’elle n’interprète notre introversion ou hypersensibilité avec des préjugés à la noix.

> Une bienveillance à toute épreuve

C’est aussi par le non jugement que l’on définit la bienveillance. Et je conçois difficilement une vie à deux sans bienveillance. Je pense qu’il s’agit justement d’un fondement même du verbe « aimer ».

Si j’aime l’autre, alors je souhaite tout son bien. Je souhaite qu’elle soit heureuse et je la défends de ce qui la rendrait malheureuse, la soutien dans ses difficultés, la réconforte dans ses moments difficiles.

On ne dit ou ne fait jamais rien qui puisse faire du mal à l’autre.

La bienveillance est source de bonheur pour soi comme pour l’autre, alors elle devrait être ancrée dans le couple

> Acceptation de soi et de l’autre.

J’ai des défauts, beaucoup de défauts même. Je suis loin d’être parfait : un peu lent à la détente, pas très cultivé, perfectionniste, parfois bordélique… Mais je sais que je suis accepté avec tout ce qui me fait défaut.

La personne aimée, si elle nous aime, connait aussi notre valeur et nos qualités pour lesquelles elle nous apprécie tout particulièrement.

Par ailleurs je pense que si on aime véritablement quelqu’un, on l’accepte tel qu’il est. Dans toute son intégralité. Malgré les imperfections qui vont avec !

Une conjointe introvertie, extravertie, ambivertie… hypersensible ?

Est-ce que le fait que l’on soit hypersensible et introverti·e devrait nous inciter à trouver un·e partenaire tout aussi introverti·e et hypersensible.

Vivre en couple tout en respectant notre besoin de solitude ne dépend pas tant de l’introversion et de l’extraversion, ni même de l’hypersensibilité. Je crois qu’il s’agit avant tout d’intégrer les avantages et inconvénients suivant qu’on se ressemble ou non.

> Un·e conjoint·e extraverti·e

Être en couple avec un·e partenaire plus extraverti·e peut-être un bon moteur afin de sortir davantage de sa zone de confort. Vivre de nouvelles expériences humaines.

Mais il faut aussi s’attendre à ce que la différence engendre des difficultés. Chacun devra faire preuve de bienveillance et d’empathie afin de bien comprendre le fonctionnement de l’autre. Du moment qu’on a conscience de nos différences pour ce qui est de sociabiliser et de se ressourcer, qu’on en parle et qu’on trouve des compromis, rien n’est impossible.

> Un·e conjoint·e introverti·e

Être en couple avec une personne tout aussi introvertie est favorable à une plus grande harmonie. On partage les mêmes besoins en termes d’énergie, on résonne un peu pareil… bref, on se comprend parfaitement dans notre manière de nous ressourcer et de créer du lien. Mais il sera plus difficile d’évoluer là où on a moins de confort, car il est probable qu’on partage les mêmes faiblesses.

Autres critères importants selon moi quand on est introverti : Le/la partenaire n’a pas peur du silence. Il/elle apprécie également partager des conversations approfondies sur des sujets intellectuellement stimulants. L’intérêt pour la connaissance de soi et de l’autre peut-aussi être un critère. Ainsi on recherche mutuellement à mieux se connaitre pour mieux se comprendre.

> Un·e conjoint·e hypersensible

L’avantage de vivre avec une autre personne hypersensible, c’est qu’on se comprend également dans notre émotivité, on se retrouve dans notre écoute et notre empathie. On peut vivre ensemble des émotions intenses intérieurement. Partager toutes les émotions, ressentis et sentiments qui nous traversent.

~

Et toi, quelle est ta conception de la vie à deux ? Quel serait ton/ta partenaire idéal ?

Dîtes le moi en commentaire !

À propos de moi

Je suis Nicolas, un introverti hypersensible en perpétuelle quête de soi et de son bonheur.

Passionné par le développement personnel, je partage ici les enseignements que la vie me délivre au cours de mes aventures 🌄

Article populaire

Mes lectures

« La force des Discrets » - Susan Cain

« La force des introvertis » - Laurie Hawkes

« La revanche des discrets » - Sophia Dembling

Suggestion d'Auteur

Olivia « Gang des Introvertis »

Naturellement rêveuse et débordante d’imagination, elle est l'auteure du compte insta francophone le plus populaire au sujet des introvertis !

Avec humour et créativité, elle aide les introvertis à se comprendre et à s'épanouir en tant que tels.

14 Commentaires

  1. Mélina

    j’aime me promener sur votre blog. un bel univers. Très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog naissant ( lien sur pseudo) à bientôt.

    Réponse
    • L'Aventurier Introverti

      Merci beaucoup de ton passage Mélina 🙂
      J’ai jetté un oeil à ton blog et me suis abonné en attendant de m’y attarder plus longuement, car je suis moi même amateur de photographie !
      Sur ce n’hésites pas à me suivre également pour ne rien manquer de mes prochains articles.
      Au plaisir !

      Réponse
  2. Marie

    Je trouve ça original et même ambitieux que tu envisages le couple en lieu separé. Ça existe, de très heureux couples, mais ça demeure presque tabou. Pour ma part, classique relation sous le même toit avec un ambiveti — voire introverti social. Ma première demande était d’avoir ma propre pièce pour faire mon bureau (et écrire). Il s’est dit : pas bête, moi aussi alors. Sauf que, depuis bébé, on a perdu ça. Une autre étape pour trouver l’équilibre.
    Nous sommes le genre de couple à lire chacun de son côté en silence et trouver notre compagnie satisfaisante. Et en plus, je crois que nous avons pondu un autre petit introverti. Le monde est à nous!! Il est déjà moins sauvage que sa mère. #espoir

    Réponse
    • L'Aventurier Introverti

      Il est vrai que le fait d’avoir une pièce à soi peut-être une solution suffisante en vue de partager un même toit !

      Mais si la relation à distance n’est pas des plus répandues, au même titre que d’autres alternatives, cela ne veut pas dire pour autant qu’elle est moins accessible. Il y a une tendance qui est amplement médiatisée et transmise dans l’éducation, tandis que des solutions existent, mais s’avèrent étouffées par tout le reste (on m’a parlé, par exemple, du polyamour).

      Ceci dit, après réflexion, je peux probablement envisager moins de distance. Une amie m’évoquait le fait d’avoir une chambre séparemment, mais de partager le même toit – ce qui rejoint un peu ta situation.

      Quoi qu’il en soit, je me réjouis que tu puisses y trouver ton bonheur et je te remercie pour ton partage ! Je souhaite par ailleurs à ton petit introverti une vie emplie de bonheur !

      Encore merci de ton passage 🙂

      Réponse
  3. Feunard

    Article très intéressant 🙂

    Pour ce qui est de la relation à distance : je suis d’accord avec toi concernant le désir, je pense aussi qu’il n’est pas nécessaire de vivre sous le même toit quand on est en couple. Par contre, il y a un risque, qui est que l’un des deux aurait envie de voir l’autre alors que l’autre non : à répétition, cette situation pourrait causer manque et frustration. Remarque, cette situation existe quand deux personnes sont sous le même toit, mais celui qui a besoin de l’autre peut au moins bénéficier de sa présence.
    Et, quand on dit « à distance » dans ce contexte, c’est tout de même dans la même ville, pour pouvoir se rejoindre à tout moment. Sinon, c’est dur à vivre, même pour un introverti je pense (quand j’ai lu « relation à distance » j’ai eu comme un mouvement de recul xD mais il ne s’agissait pas de ce à quoi j’ai pensé au premier abord).

    Ensuite, je trouve étonnant que pour toi, une relation avec une extravertie soit invraisemblable. Ce n’est pas parce qu’une personne n’est pas introvertie qu’elle ne peux pas respecter tes besoins en tant que tel. Bien sûr, cela pourrait créer un décalage qui peut être source de frustration, mais pas nécessairement, à mon avis. Je trouve que tu opposes beaucoup extraverti et introverti, presque comme s’ils étaient ennemis (alors que je sais que tu ne le penses pas). Par exemple le fait que tu parles de la conception du couple par la société et que tu lies ça aux extravertis. C’est une norme sociale comme il en existe énormément, mais même des introvertis vont alimenter cette vision -quand bien même elle ne leur conviendrait pas, car ils sont conditionnés par la société.

    Sinon, tout ce que tu dis sur la confiance et la bienveillance est très vrai, je trouve 🙂

    Réponse
  4. L'Aventurier Introverti

    Merci de ton passage Feunard 🙂

    Pour ce qui est de la relation à distance, je l’associe à l’idée de pouvoir rejoindre son partenaire à tout moment, ce qui implique une certaine proximité en effet. Pour ce qui est du risque que tu évoques, il est très pertinent de le relever, mais je pense qu’il doit être considéré dans la construction de la relation afin de ne pas poser problème.

    Cependant, je n’ai pas dit qu’une relation avec une extravertie me semble invraissemble et encore moins qu’elle ne peut pas respecter mes besoins. C’est une interprétation, mais ce n’est pas ce que je dis. Je pense simplement qu’une introvertie serait plus à même de me comprendre et que ses besoins se rapprocheraient probablement des miens. Ceci étant dit, quand je parle d’introversion ou d’extraversion, il ne faut pas le prendre dans son apparente rigidité : j’en parle en toute conscience qu’il s’agit de « tendances » et que le tout reste complexe. Bien sûr, un introverti serait tout à fait en mesure de contredire tous les présupposés au sujet de l’introversion, et c’est vrai aussi du côté extraverti ^^.

    Là aussi, quand tu évoques mon opposition entre introverti et extraverti, tu interprètes beaucoup : je ne les perçois aucunement comme des ennemis ! A ce propos, je parle souvent de « confrères » extravertis et je ne cache pas que mon meilleur ami est extraverti 😉 Mais voilà, étant moi même à un extrême de la balance extraversion / introversion, j’ai tendance à voir les choses et à les opposer en comparant deux extrêmes. Car en général une personne très introvertie tend tout de même à être très différente d’une personne très extravertie, mais je ne dénigre ni l’un ni l’autre.

    Autrement, je fais le lien avec les extravertis, parce que je pense comme Susan Cain que notre société est très extravertie et donc par conséquent, les normes qui en découlent, telle que celles qui s’appliquent au couple, le sont aussi (et la norme en soi, indépendamment de l’hypothèse d’une société extravertie, me paraît très extravertie).

    Je serai néanmoins plus vigilant à ce propos, parce que je ne voudrais pas que l’on pense que je considère en mal les extravertis. Je vais me relire et prêté attention à être plus modéré et objectif dans mes propos !

    Encore merci de tes remarques 🙂

    Réponse
  5. chasseusedebonnesnouvelles

    Bonjour,
    Je pense aussi qu’une personne introvertie comprendrait mieux ton besoin de solitude. Et, effectivement, un couple n’est pas obligé de vivre ensemble. D’ailleurs, j’ai lu récemment (je ne sais plus sur quel site) que de nombreux couples font appartement séparé afin de garder une certaine indépendance…

    Réponse
    • L'Aventurier Introverti

      Merci pour ton retour 🙂
      C’est une bonne nouvelle que les nouveaux couples parviennent à trouver des solutions qui leur correspondent !
      Je pense néanmoins que j’écrirai un second article pour approfondir le sujet, notamment à l’aide des réflexions que l’on m’a partagé.
      Encore merci !

      Réponse
  6. SissiDB

    Bonjour,

    et merci pour cette intéressante réflexion sur le couple.

    Je partage en grande partie les contributions de Feunard.

    Effectivement je crois que dans l’imaginaire collectif, la relation à distance veut dire que les deux personnes sont dans des villes, voire des pays séparés. En fait ce que tu évoques s’apparente plutôt au fait de ne pas vivre sous le même toit – mais je ne sais pas si cela à un nom spécifique ;)!

    Concernant le modèle de couple de notre société, je ne sais pas si c’est l’extraversion qui le caractérise, ou bien d’autres héritages de l’histoire. Je n’ai pas bien compris le lien entre extraversion et norme de vie commune. Peux-tu expliciter ton idée ? Pour moi, la vie commune est à la fois un héritage de la vision romantique du couple (aspiration forte à être ensemble) et de sa vision bourgeoise (fonder un foyer, mettre en commun les biens, représenter son statut social par son domicile etc), patriarcale (femmes en charge du foyer commun…) … je crois qu’il existe des historiens du couple, ce serait intéressant de creuser 😉 !

    En tout cas, il est vrai que le principe de vivre ensemble est une norme très forte. Mais nous avons aussi la chance d’être dans une société très libre, ou le mariage, la vie commune et les enfants ne sont pas « obligatoires », et où nous pouvons si nous en ressentons le besoin, affirmer d’autres aspirations et d’autres façons de vivre. Il parait effectivement que le phénomène des couples non cohabitants se développe. J’en fais partie d’ailleurs, et après l’avoir plutôt mal vécu au début, je confirme qu’il y a pleins d’avantages, notamment quand on vit dans de petits espaces, et qu’on n’a pas les moyens d’espaces séparés ou trouver une vraie solitude. Cela permet à chacun de vivre à son rythme, d’avoir son espace, et les temps communs sont plus privilégiés, plus qualitatifs, et peuvent plus facilement être calés sur le rythme du désir de se voir . Mais il y a aussi pleins d’avantages à la vie commune, la présence affectueuse qui enveloppe, le partage d’un espace qu’on construit ensemble, où on peut recevoir ensemble les gens qu’on aime, les petits moments volés au quotidien, … Je suis sortie de la vie commune sans doute dans un moment où mon couple changeait d’équilibre, et nous avons retrouvé un bel équilibre en toit séparé ; mais au fond, on aurait pu rester en équilibre en vie commune aussi je crois. ça dépend des personnes, mais aussi des moments et de l’espace qu’on a je pense.

    Ainsi, la vie commune n’implique effectivement pas forcément de se parler sans cesse ni de faire toutes ses activités ensemble. J’ai pu observer qu’on peut vivre ensemble en restant très indépendants, du fait d’activités ou de rythmes de vie différents par ex, ou en jouant sur la répartition de l’espace (une pièce chacun, une grande maison ou un jardin ou s’isoler…). il y a meme des couples qui se plaignent de ne pas avoir assez de temps pour se voir, alors qu’ils vivent ensemble. inversement, il y a des couples fusionnels qui étouffent de leur propre fusion (et qui peuvent être des couples d’introvertis je pense). Bref, à chaque couple son rythme, l’essentiel est de trouver celui qui convient à son couple :)!

    Pour cette même raison, je pense aussi qu’un.e introverti.e et un.e extraverti.e peuvent être heureux ensemble. L’extraverti.e peut très bien, par ex, avoir de nombreuses activités sociales en dehors de son couple, qui laissent à l’introverti.e des vrais temps de solitude. Enfin, le respect des besoins de chacun ne dépend pas de l’introversion ou extraversion, l’écoute, la bienveillance, le respect des besoins de l’autre sont des attitudes qui dépassent ces traits de caractère, ils dépendent plus de l’éducation pour moi.

    Enfin, je partage à 100% tes pré requis, et j’en ajouterai un : la capacité à bien communiquer. Je crois que l’essentiel pour être bien en couple, quelque soit son caractère et celui de l’autre, est d’être capable de reconnaitre et exprimer ses propres besoins, et de ne surtout pas les renier, même par amour. C’est la clé, avec l’écoute et le dialogue, pour pouvoir définir à deux un format qui permet à la relation d’être épanouissante pour chacun.e :).

    Sissi DB, with love <3 😉

    Réponse
    • L'Aventurier Introverti

      Coucou Sissi 🙂

      Merci pour ce retour très intéressant 😮

      Concernant le lien que je tisse entre la norme de vie commune et l’extraversion, pour commencer, je dirais que les explications que tu avances sont très pertinentes et à vrai dire elles m’avaient échappé ; alors en ce sens, peut-être effectivement qu’il me faut creuser cette réflexion et que tes explications sont en première ligne. Mais pour expliquer mon point de vue, en fait, je trouve typiquement extraverti de souhaiter partager autant son intimité (foyer, chambre etc…) puisque un(e) extraverti(e) a davantage besoin de contact social et donc, en ce sens, rechercherait naturellement une plus grande proximité avec son partenaire. Mes ressentis me confortent dans cette idée puisque, à l’opposé, en tant que grand introverti, je ressens le besoin de marquer plus de distance et de conserver davantage d’intimité, quand bien même il est question de vivre à deux. Ceci dit je ne condamne aucunement nos confrères et consœurs extraverti(e)s, mais je fais le lien avec la culture de la personnalité que j’évoque souvent – qui elle, en l’occurrence, est problématique à mon sens.

      Autrement, il est vrai que nous conservons beaucoup de liberté sur ce plan, en fait, en soi, rien ne nous empêche comme tu le soulignes de faire autrement et on peut s’en réjouir, mais je crois qu’un obstacle se dissimule dans une forme de pression sociale que l’on peu ressentir en tant qu’introverti(e) et qui découle à mon sens de la culture de la personnalité dont notre société est manifestement (en partie du moins) imprégnée.

      Quoi qu’il en soit ton expérience personnelle est très encourageante et j’ai probablement un point de vue un peu naïf étant donné que je n’ai aucune expérience de couple, sans parler du fait que je perçois beaucoup les choses depuis un « extrême, » du fait que je penche clairement d’un côté de la balance (introversion) plus que de l’autre – même si c’est de moins en moins vrai, car après tout ma part d’extraversion s’affirme de plus en plus. Qui sait, peut-être que dans la réalité, ma vie de couple serait tout le contraire de mes projections ? A présent que tu soulèves les avantages dans l’une ou l’autre des conceptions, je me dis que je pourrais peut-être réviser ma conception de ma vie de couple idéale. Néanmoins, pour rebondir simplement sur la répartition de l’espace : en ce qui me concerne, je ne ressens pleinement le confort de la solitude que si je suis réellement seul dans un espace donnée : à partir du moment ou une personne est présente dans le même appartement que moi, même dans une pièce séparée, mes batteries se rechargent bien moins vite que si j’étais réellement seul.

      Ensuite j’aime beaucoup la complémentarité que tu suggères entre un(e) introverti(e) en couple avec un(e) extraverti(e) ! C’est peut-être un point à aborder dans notre article 🙂

      Pour finir, je pense que je vais retravailler mon article d’après tous vos retours, car j’ai déjà une tout autre vision, ou du moins une vision plus large. Sans aucun doute, j’ajouterai entre autres la notion de communication dans les pré-requis, je suis même étonné de ne pas l’avoir fait, car c’est un point auquel je suis très sensible ^^

      Merci pour tout !

      Réponse
  7. lily

    c’est des assez bons conseils même si par ex pour la relation à distance ça ne marche pas trop dans le cas où un des 2 a le besoin de se poser et de fonder une famille xd! sinon je suis une introvertie et je ne veux pas être en couple dans mon cas, alors j’ai déjà été amoureuse à 13 ans, mon 1er amour en connaissant la joie et le chagrin d’amour en 1 an sans dire à la personne mes sentiments que je ne l’ai plus revu xd mais ça m’a pris aussi 1 an pour m’en remettre mais c’est vrai que c’était chaud car moi qui suis de nature optimiste introvertie, j’ai eu des idées noires à cette époque heureusement c’était que des idées noires je ne suis jamais passée à l’acte et j’ai déjà été en couple pendant juste 1 mois à mes 19 ans sans être amoureuse de lui cette fois xd! Du coup avec ces expériences je peux dire que la vie en couple c’est plus pour moi du tout et que tomber amoureuse n’est pas ma priorité non plus et puis je n’aime plus ce sentiment de dépendance affective que tu ne peux plus rien faire en pensant qu’à la personne en étant triste etc c’est pas pour moi du tout la dépendance affective maintenant, je suis maintenant beaucoup trop concentrée sur moi et mes passions et ça sera toujours mes passions qui primeront en 1er et mon besoin de solitude et j’ai beaucoup de passions que je n’arrive pas tous à les caser déjà alors m’occuper d’une personne non merci! Car être en couple c’est du temps à consacrer à cette personne et donc un sacrifice de temps et moi clairement je ne suis pas du tout prête à ça! Déjà que pour mes amie,s j’en ai peu mais que je choisis à la qualité mais que je vois assez peu et ça me convient comme ça et déjà voir des amies c’est un sacrifice de temps mais dont je peux faire cet effort de temps en temps mais pas du tout tout le temps! Et à part une amie très extravertie qui me sollicite +, j’ai surtout des amies assez occupées dont on peut se voir que peu souvent et ça me convient très bien ^^ sinon mes passions sont: l’écriture adorant ça depuis petite, j’adore aussi écouter des chansons, chanter, regarder des vidéos, des films, des séries et je lis depuis assez récemment et je dessine aussi même si j’ai délaissé le dessin et j’ai perdu en technique et j’adore aussi faire du shopping et a mode! Voilà en plus qu’en ce moment je suis dans une formation et bientôt le travail dont ça va être un sacrifice de temps aussi mais dont je veux aussi du temps pour me consacrer à mes passions et à l’écriture aussi, je ne peux pas penser qu’au boulot, moi impossible sinon je pète un câble si j’ai pas mes passions! Mes passions priment sur tout! Donc voilà les raisons que je ne veux pas être en couple xd! sinon il y a ds introvertis en couple aussi dont certains avec des extravertis et ça fonctionne apparemment si bien sûr la personne extravertie accepte sa nature sans le changer j’ai remarqué que c’est plus souvent femme extravertie- homme introverti qui se complètent après il existe aussi des couples introverti-introverti mais comme il y a différents introvertis ça peut ne pas faire toujours bon ménage xd! surtout par ex dans le cas d’une personne INFP avec ISTP ou INTP il y a souvent des disputes et malentendus et fatigue car nous INFP on fonctionne avec nos sentiments mais les ISTP et INTP fonctionnent avec la logique et une m’a raconté que c’est difficile parfois drôle mais blasant et difficile! Et en plus de ça, il y a les 5 différents types du langage de l’amour dont les 2 personnes peuvent avoir des problèmes de communication car ils ont pas le même type de langage d’amour, les 5 langages d’amour sont les compliments, le toucher, le temps consacré, les cadeaux, les services rendus! en plus des blessures du passé comme peur de l’abandon ou du rejet du coup par ex une personne extravertie en manque de confiance en elle avec des blessures du passé peut penser que parce qu’on a besoin de temps seule, ça veut dire qu’on ne l’aime pas, qu’on l’abandonne, elle peut penser ça! Du coup clairement pour vivre une relation saine, il faut d’abord guérir de ses blessures du passé, gagner confiance en soi et s’aimer surtout pour commencer une relation car si la personne ne s’aime pas, malgré tous les efforts d’encouragement, les compliments de son partenaire ça n’est pas suffisant ou la personne aura besoin que son partenaire la rassure tout le temps et donc le partenaire aura l’impression plus d’être son père que son copain par ex et son amour pour elle peut disparaitre! Et je comprends!

    Réponse
  8. Gn

    Bonsoir Nicolas ami introverti,

    J’ai bien aimé lire ton article et surtout ta description finale sur la façon dont tu as réussi à faire de ta nature d’introverti une force.
    J’aimerais beaucoup y arriver comme toi un jour.
    Et pourquoi les extravertis ne se sentent pas mal eux aussi ?! Nous sommes de nombreux introvertis à souffrir de notre nature incomprise par nous-mêmes.
    Pendant des années de ma vie, j’ai voulu être quelqu’un d’autre, une extravertie mais non je ne peux pas changer ma nature. Aucune séance de psychothérapie, aucun bouquin de développement personnel ne peut changer ma nature profonde. Par contre, à l’âge de 29 ans je commence à être convaincue que cette nature a sa raison d’être et plutôt que de me battre contre elle et de souffrir encore et toujours, je dois apprendre à l’aimer, à en faire mon allié.
    Mais comment ?
    Quel âge as-tu Nicolas ? Quel a été ton déclic ?

    C’est bizarre dans ma vie d’introvertie, je peux passer des années seule à ne pas réussir à entrer en contact avec le reste du monde et puis il y a ces moments où je suis connectée avec plein de gens (plein pour une introvertie veut dire 3-4 personnes max) et je me dis ça y est je suis normale et à nouveau l’état sauvage me reprend.
    Je vais continuer à explorer ton site, voir si je trouve des réponses à mes questions.

    Merci beaucoup et bonne continuation.

    Réponse
    • Aventurier Introverti

      Bonjour amie introverti 🙂

      Un grand merci pour ton commentaire !

      Je ne doute pas un instant que tu sois capable d’en faire une force et c’est déjà lesquelles nous démontrent que c’est quelque chose d’innée. Quant aux extravertis, c’est moins un problème dans le sens où notre culture fait l’éloge de l’extraversion. Tandis que notre société régit des normes etc qui vont plutôt en faveur du fonctionnement des extravertis. Le changement dont on a besoin doit provenir de notre société et de ses croyances afin de rétablir un équilibre (il ne faudrait pas non plus que les extravertis souffrent ^^)

      J’ai 24 ans et en toute modestie, je ne peux prétendre m’être élevé à une confiance en soi inébranlable et un parfait épanouissement. C’est un défi quotidien que de s’affirmer comme introverti, mais je n’en fait plus une préoccupation. Car j’ai acquis une bonne connaissance de soi et par conséquent je fais des choix beaucoup plus intelligents, qui me permettent entre autres de me valoriser en tant que tel.

      Mon conseil, donc, c’est de t’aventurer dans la quête de soi. Si je m’approche plus que jamais de l’épanouissement, c’est grâce à toutes mes lectures. Et me déclic, je le dois au blog de Julien Prest où j’ai compris que j’étais introverti. Parce que tous les introvertis qui souffrent ont cela en commun qu’ils s’ignorent. Autrement dit l’ignorance est une source de souffrance. Apprendre à se connaître, c’est mieux s’armer contre ce qui va à notre encontre, c’est se protéger de ce qui peut jouer en notre défaveur et s’est faire les bons choix pour son épanouissement personnel 🙂

      Voilà, j’espère que tu trouveras les pistes dont tu as besoin.

      Sur ce je te souhaite de belles aventures !

      Réponse
  9. Zeina

    Merci pour cet article très intéressant sur la relation avec une personne hypersensible introvertie. C’est rassurant car en effet on peut se poser des questions quant à l’amour qu’eprouve un HS Introverti.
    Nous sommes 2 hypersensibles. Mon ami est très introverti et moi, je suis bizarrement les 2. Besoin du contact physique de mon ami, l’amour que je ressens pour les autres a besoin d’être exprimé car sinon il devient trop envahissant intérieurement mais, en même temps je fuis la foule, le bruit. Nous aimons notre compagnie mutuelle et ses silences. Nous aimons aussi nos conversations qui nous mènent à une meilleure compréhension l’un de l’autre. La différence entre lui et moi réside dans le fait d’exprimer ses sentiments. Lui inhibe totalement ses émotions au point qu’il a l’impression de ne rien ressentir.
    Je sais s’il y a d’autres personnes dans ce cas. Auquel cas, ce serait sympa de partager cette expérience là.
    Dans tous les cas, nous sommes très bien ensemble dans cette comprehension de l’autre qui fait que nous sommes totalement authentiques l’un avec l’autre et c’est tellement plus agréable à vivre.
    Encore merci merci merci pour ce partage et votre blog.

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. La force des introvertis (Laurie Hawkes) – Soleil Bleu Méditation - […] couple, par exemple. A cette occasion elle rejoint mon idée – dans mon article « Le couple idée (re)vu par…
  2. La solitude (re)vue par un introverti – Soleil Bleu Méditation - […] mon article Le couple idéal (re)vu par un introverti, j’avais envie de rédiger un autre « coup de gueule », cette…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Poursuivre l’aventure…

10 clichés et idées reçues sur l’introversion

10 clichés et idées reçues sur l’introversion

Quand il est question d’introversion, les généralités et interprétations en tout genre foisonnent sur le net, et les stéréotypes sont encore fortement ancrés dans l’inconscient collectif. Voici 10 des idées reçues, clichés et mauvaises interprétations les plus...

lire plus